Boutique en ligne des Éditions Norma

La livraison à 1 centime ! (en France métropolitaine)

1914-1918. Le patrimoine s'en va-t-en guerre

978-2-91554-2806

 

15,00 €

LIVRE EN STOCK

De 1914 à 1918, le patrimoine français détruit ou dévasté par les ravages de la guerre est sacralisé et devient un réel instrument de propagande.

Moins d’un an après les destructions emblématiques de Louvain et de Reims (août-septembre 1914), Paris est le théâtre de spectaculaires expositions à visée de propagande antigermanique fondées sur l’exaltation du patrimoine architectural et artistique meurtri.

L’une des premières manifestations a lieu au printemps 1915 au Trocadéro, au sein du musée de Sculpture comparée. Elle montre des photographies de monuments dévastés, exposés à proximité des moulages en plâtre de monuments historiques estampés avant guerre, ultimes témoignages des originaux partiellement ou entièrement détruits. Ces moulages sont valorisés au moyen d’une signalétique au message accusateur : « Sculptures détruites par les Allemands. » L’année suivante, le musée du Petit Palais organise une autre manifestation explicitement intitulée « Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi ». Dans une scénographie dantesque, des statues décapitées, estropiées et des fragments d’architectures déchiquetés par les bombes lancées sur Verdun, Arras ou Dunkerque s’offrent aux visiteurs comme autant de stigmates de la « fureur du vandalisme allemand ». L’objectif avoué de ces manifestations était d’inspirer « plus de colère encore contre l’envahisseur et présenter des témoignages directs du vandalisme ».

Ces expositions furent l’incarnation d’une propagande destinée tant à toucher chaque foyer français qu’à convaincre les pays neutres de s’engager. Elles constituèrent en ce sens de véritables armes idéologiques.

À travers des caricatures, des photographies et des illustrations, l’exposition et le livre retracent cette mise en scène des destructions de monuments et la diabolisation de la Kultur. Elles permettent d’appréhender la diversité avec laquelle les antagonismes culturels furent représentés en France et dans les pays alliés.

• 17 x 24 cm
• 96 pages
• 55 illustrations
• Couverture souple, avec rabats
• ISBN : 978-2-91554-2806

JEAN-MARC HOFMAN est commissaire de l’exposition, attaché de conservation et adjoint au conservateur de la galerie des moulages du musée des Monuments français. Il a notamment été commissaire associé de l’exposition « Viollet-le-Duc, les visions d’un architecte ».

Préface de Guy Amsellem.

Contributions de Corinne Bélier, Annette Becker, Claire Maingon, Cécilie Champy-Vinas, Sylvie Leray-Burimi, Judith Kagan.

Vous aimerez aussi